Pour en savoir plus

Quel « psy » choisir ?

Dans notre vie, il peut tous nous arriver de rencontrer des difficultés ou un mal-être auxquels nous n’arrivons pas à faire face ou des questionnements auxquels nous ne trouvons pas de réponses. Cela peut avoir des répercussions dans le quotidien sur notre corps, sur notre psychisme ou encore sur nos relations. Il existe des solutions pour nous aider. La thérapie en est une. Mais quel thérapeute choisir ?

Pour en savoir plus

Le psychologue

La psychologie est une discipline scientifique qui étudie la structure et le fonctionnement des processus mentaux et des comportements associés. Le psychologue est donc un professionnel formé à cette discipline. Dit plus simplement, c’est un expert du comportement, des émotions et de la santé mentale. C’est une profession réglementée qui nécessite l’obtention d’un Master de psychologie à l’université pour pouvoir exercer. Par sa formation, il a acquis une connaissance du fonctionnement psychique normal et pathologique des individus ainsi que des facteurs qui l’influencent. Il accompagne la personne qu’il reçoit afin de préserver, maintenir ou améliorer son bien-être, sa qualité de vie et sa santé psychique. Pour cela il dispose de méthodes et d’outils adaptés à la problématique rencontrée par la personne qui vient consulter.

Pour un complément d’informations suivez ce lien

Le psychiatre

Le psychiatre est un médecin spécialisé dans le traitement des troubles mentaux. Ses consultations sont, à ce titre, remboursées. Il intervient principalement par la prescription de médicaments. Suivant son orientation, il peut parfois proposer aux patients un travail psychothérapeutique. Il n’est toutefois pas formé à la psychologie. C’est pourquoi un suivi psychologique est complémentaire à un suivi psychiatrique.

Le psychothérapeute

Le psychothérapeute exerce une technique de thérapie en particulier. Il en existe plus de 300 répertoriées en France. Depuis 2010, la réglementation évolue afin d’éviter les dérives. La loi exige désormais la possession d’une formation théorique minimale en psychopathologie clinique, complétée par un stage pratique. Ainsi, le psychiatre et le psychologue obtiennent le titre de psychothérapeute de par leur formation universitaire et de par leur pratique. Il faut cependant rester vigilant concernant la formation suivie par le praticien qui vous accueille.

Le psychanalyste

Le psychanalyste est une personne qui a suivi une psychanalyse. Il est reconnu par d’autres psychanalystes pour exercer la psychanalyse. Il s’agit d’une méthode d’introspection qui permet d’avoir une meilleure connaissance de soi grâce à la parole. Un psychiatre, un psychologue ou un psychothérapeute peuvent être également psychanalyste. Cependant ce n’est pas une profession réglementée, il faut donc rester vigilant concernant la formation du praticien avant de consulter.

En bonus : le psychologue de la santé

Le psychologue clinicien de la santé est spécialisé et compétent en matière de prévention, d’éducation à la santé, de promotion de la santé, de connaissance des maladies physiques et de leurs conséquences psychologiques, de diagnostic et de prise en charge psychologique du malade et du handicap physique, de leur famille et de leurs soignants, de connaissance des systèmes de soins, et des principes d’éthique et du code de déontologie de la profession en matière de la pratique et de la recherche.

Il se fonde sur une épistémologie basée sur la méthode expérimentale et l’observation contrôlée et ayant l’objectif d’évaluer la prise en charge de la personne souffrant de maladie ou handicap physique.

Psychologue : une profession réglementée

La pratique du psychologue est soumise à réglementation « L’usage professionnel du titre de psychologue est défini par l’article 44 de la loi n°85-772 du 25 juillet 1985 complété par l’article 57 de la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 qui fait obligation aux psychologues de s’inscrire sur les listes ADELI. » Quant au titre de psychothérapeute, il est réglementé depuis 2010.

Pour plus d’informations, vous trouverez la totalité de l’article de loi en suivant ce lien.

Mon numéro ADELI est le suivant : 31 93 3407 4

De plus, la pratique de psychologue est soumise au code de déontologie que je m’engage à respecter. Il est destiné à « servir de règle aux personnes titulaires du titre de psychologue, quels que soient leur mode et leur cadre d’exercice […]. Le respect de ces règles protège le public des mésusages de la psychologie et l’utilisation de méthodes et techniques se réclamant abusivement de la psychologie ». 

Pour plus d’informations, vous trouverez la totalité du code de déontologie en suivant ce lien.

Qu’est-ce qu’une psychothérapie ?

On définit la psychothérapie comme « un traitement psychologique pour un trouble mental, pour des perturbations comportementales ou pour tout autre problème entraînant une souffrance ou une détresse psychologique qui a pour but de favoriser, chez le client, des changements significatifs dans son fonctionnement cognitif, émotionnel ou comportemental, dans son système interpersonnel, dans sa personnalité ou dans son état de santé. Ce traitement va au-delà d’une aide visant à affronter les difficultés courantes ou d’un rapport de conseils ou de soutien »

Il existe différentes sortes de psychothérapies : psychanalytique, systémique et familiale, TCC…

Voici celles que je pratique :

Les thérapies comportementales, cognitives et émotionnelles

Les thérapies comportementales, cognitives et émotionnelles (TCCE) sont des thérapies dites brèves, concrètes et validées scientifiquement. Elles se centrent sur les difficultés de la personne au moment présent. Ce sont des thérapies actives c’est-à-dire que le thérapeute et le patient sont tous deux acteurs du programme de soin. En effet, ils travaillent ensemble à la compréhension de la problématique avant de définir des objectifs clairs, précis et atteignables et d’élaborer conjointement un travail thérapeutique.

L’idée générale est que nos pensées, nos émotions et nos comportements sont liés. En ciblant les uns, nous améliorons les autres. Ainsi, les TCCE s’appuient sur une combinaison de techniques permettant de

  • mieux gérer ses émotions et sensations corporelles,
  • identifier et modifier les pensées difficiles et/ou inadaptées,
  • mettre en place de nouveaux comportements adaptées.

Elles aident à progressivement dépasser les symptômes invalidants tels les rites et vérifications, la détresse psychologique, le stress…afin de retrouver une autonomie perdue.

Pour se donner une idée…
Voici le protocole type d’un déroulement d’une thérapie. Il est évident qu’il vous est adapté.

– 2 à 3 séances pour apprendre à vous connaitre, votre histoire, votre problématique ou votre trouble,

– 2 à 3 séances pour établir ce que l’on appelle une analyse fonctionnelle c’est-à-dire le repérage du contexte d’apparition du trouble et/ou des difficultés, les facteurs déclenchants, aggravants, l’attitude des proches….  Le thérapeute vous explique les principes des TCCE, vous informe sur votre maladie et son fonctionnement, si vous souffrez d’une pathologie, et il vous précise la méthode qu’il va suivre lors de la thérapie. Enfin, vous fixez ensemble des objectifs précis, réalisables et quantifiables.

– les séances de thérapie avec l’apprentissage de nouvelles compétences et des exercices à faire entre les séances, avec un nombre de séances variables,

– Pour terminer, 2 ou 3 séances espacées de quelques mois pour prévenir les potentielles rechutes et renforcer les aptitudes acquises.

Les thérapies de soutien

Le soutien est apporté par une écoute, une présence et l’ensemble des attitudes ou des actes destinés à aider psychiquement la personne qui consulte, quel qu’en soit la raison. Lorsque le soutien n’est plus ponctuel ou épisodique, une thérapie de soutien se met en place d’une durée pouvant varier de quelques séances, plusieurs mois voire plusieurs années selon la demande. Ainsi, l’objectif est d’aider la personne à supporter et mieux comprendre ses symptômes ou ses problèmes, et d’apporter un soutien moral.

Elle se distingue des autres méthodes thérapeutiques car elle n’emploie pas de techniques spécifiques. Elle peut alors également précéder et/ou succéder à une forme plus spécifique de psychothérapie telles les TCCE.

Les thérapies à médiation corporelle

Comme leur nom l’indique, les thérapies psychocorporelles ou à médiation corporelle agissent sur le psychisme par l’intermédiaire du corps. La plus communément utilisée, et celle que je pratique la plus fréquemment, est la relaxation. On retrouve également la sophrologie, la réflexologie, les massages…

Talk and walk

Cette approche combine une consultation par un professionnel avec une promenade en plein air. On pourrait parler de marche thérapeutique.